Les fèves de Rigal ne pousseront plus.

Sur le coteau d’Agen
J’entends le sol qui geint.
Elle chante la cigale
mais n’a pas son régal.
A Rigal c’est la trêve,
Notre planteur de fèves
a été mis sous terre.
Il était mon grand père.

Rigal sera vendu,
mais tout n’est pas perdu,
Bien avant de mourrir,
Papi avait semé.
Ses enfants vont murir
Des semeurs ont germés
reste des souvenirs

A mon papi.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog-du-grouik.tinad.fr/trackback/328

Fil des commentaires de ce billet

Page top